img_montreal3
Je ne suis pas certaine de tout comprendre de la société. En fait, ça me frustre énormément. Pourquoi tout le monde s'attend à ce que tout le monde soit parfaitement normal, à ce qu'on sourisse toujours. Je ne sais pas si je suis simplement faible ou paresseuse, mais il me semble que tu ne peux afficher ta tristesse en public, sans que le monde ne te juge. La vie,  c'est complexe. On a des hauts et des bas, je sais très bien que je ne suis pas seule à être dans cette situation. Mais c'est tellement difficile de toujours sourire lorsque parfois, tu as juste envie de pleurer. Comment peut-on toujours être de bonne humeur, c'est ridicule. C'est pas vrai que je passerai ma vie à faire semblant que tout va bien lorsqu'au fond, rien ne va. Présentement, je vais bien, mais ya de ces fois ou on broie du noir, où on passe à deux doigts d'accrocher un noeud coulant autour de notre cou, et de donner un coup de pied à notre chaise pour en finir. Encore là, à qui peut-on parler de tout ce qui nous tracasse sans se faire juger? Ne me repondez surtout pas. Je sais qu'il y a nos amis, la famille, les professionnels. Mais c'est souvent le plus dangereux non? Nos amis qui nous conseillent d'aller voir un psy, et on y va, en parfaits connards. Je n'ai rien contre ce métier, au contraire! Je trouve que c'est un métier parfaitement honorable, et je compte bien en devenir une, psy. Mais en meme temps, ce sont ces gens qui t'étiquettent, et si jamais ils décelent la moindre anomalie dans ta santé mentale, POUF! T'es bon pour l'hopital psychiatrique. L'internement. Ça m'donne des frissons dans le dos, rien que d'y penser. Une fois par an, depuis trois ans déjà, j'entre dans une période completement dépressive. J'ai passé au travers de chacune toute seule, en laissant le temps guérir mes maux. Mais chaque fois que c'est arrivé, j'ai toujours la crainte d'y passer, à l'asile. 

 

Tout compte fait, la société est folle. Ou completement fermée d'esprit. Pourquoi ne pas accepter les gens schizophrènes, dépressifs, anorexiques, drogués, bipolaires dans notre société? Je crois personnellement que c'est plus dangeureux pour eux que nous, mais je crois que s'ils restent enfermés avec tous ces docteurs, ça ne peut pas aider plus. Je veux dire, qu'on les surveille de près, je suis PARFAITEMENT d'accord. Ya des cas pour lesquels je suis heureuse que ces instituts existent. Genre les psychopates. Reste que je préfèrerais certainement rester avec mon entourage et espérer que cela puisse cacher mon mal. Au fond, je crois que, à certaines exceptions, on devrait choisir, en fonction de si on se sent en besoin d'y aller ou pas, d'acceder à ces hopitaux. Si la personne croit pouvoir surmonter ça, sans plusieurs mois de traitement, en restant chez elle et en suivant son suivi médical, on devrait avoir confiance en elle. D'isoler ainsi les gens de la société, sans leur consentement nécessairement, ça me rend malade. Ils sont humains aussi, ils ont leur droits. Je suis certaine qu'une personne atteinte de maladie mentale peut être un ami extraordinaire.

 

J'ai un ami qui a deja essayé de se suicider, une qui est bipolaire. Un qui prend toutes les drogues possibles et impossibles pour cacher sa douleur et ainsi se tuer a petits feux. J'ai une amie dépressive, et je le suis une ou deux fois par an. Ils sont extraordinaires, je n'ose même pas imaginer ce que serait ma vie sans eux. Ils n'ont pas été internés, et je ne crois pas qu'ils le méritent. Comme moi, ils s'en sortent seuls, avec leur entourage et des médicaments pour certains. Je ne comprend juste pas pourquoi on les étiquettrais "anormaux". La société est DÉGUEULASSE avec sa CRISS de normalité.

 

Bonne journée . 

 

        xxx